« ŒDIPE VILLAGE »

ŒDIPE VILLAGE

Répresentation le 3 /05 /2018

Une adaptation en Français et espagnol
« Œdipe Roi »  de  Sophocles  &  la « zapatera prodigiosa » de Garcia Lorca
Avec: Florine, Laureline & Wagner
Mise en lecture de Katiuska LM
Résume

Dans un petit village, dans le sud-ouest de la France, se joue Oedipe Village. Tous les habitants sont invités à regarder la pièce, les espagnols qui partagent la frontière décident d’y assister. Les conversations en espagnole des villageois s’entendront et nous permettront de comprendre et connaître mieux l’homme qui joue le personnage d’OEDIPE.

 

 

 

ŒDIPE VILLAGE

SCÈNE I

REVELATRICE. Comme tu le vois, la ville, battue par la tempête, ne peut plus lever sa tête submergée par l’écume sanglante. Les fruits de la terre périssent, encore enfermés dans les bourgeons, les troupeaux de bœufs languissent, et les germes conçus par les femmes ne naissent pas. Brandissant sa torche, la plus odieuse des déesses, la peste, s’est ruée sur la ville et a dévasté la demeure de Cadmos.

ŒDIPE. Je viendrai en aide à la race nouvelle de l’antique Kadmos. Je sais de quel mal ils souffrent tous. Les douleurs qui les affligent ne valent pas les miennes ; car chacun souffre pour soi, sans éprouver le mal d’autrui, et moi, je gémis à la fois sur la ville, sur tous et sur moi. L’oracle m’enseignera par quelle action ou par quelle parole je puis sauver cette ville. Que je sois tenu pour un mauvais homme si je ne fais ce qu’aura prescrit le dieu.

REVELATRICE. Je dirai ce que je tiens du dieu. Le roi Apollon ordonne d’effacer la souillure qui a grandi dans ce pays, de l’extirper, loin de l’y entretenir, de peur qu’elle soit inexpiable.

ŒDIPE. Quelle est la nature de ce mal ? Par quelle expiation ?

REVELATRICE. En chassant un homme hors des frontières ou en vengeant le meurtre par le meurtre, car c’est ce meurtre qui ruine la ville.

ŒDIPE. Quel est l’homme dont l’oracle rappelle le meurtre ?

REVELATRICE. Ô roi, Laïus commanda autrefois sur notre terre, avant que tu fusses le chef de cette ville.

ŒDIPE. Je l’ai entendu dire, mais je ne l’ai jamais vu. Comment retrouver quelque trace d’un crime ancien ?

REVELATRICE. L’oracle dit que cette trace est dans la ville. On trouve ce qu’on cherche, et ce qu’on néglige nous fuit. On dit que Laïus étant parti pour consulter l’oracle, n’est jamais revenu dans sa demeure.

ŒDIPE. Je porterai la lumière sur l’origine de ceci. Quiconque a tué Laïus pourrait me frapper avec la même audace. En le servant, je me sers moi-même.

REVELATRICE. Que Phoebus, qui nous a envoyé cet oracle, soit notre sauveur et nous délivre de nos maux !

ŒDIPE. Je parlerai comme étranger à l’oracle et à la chose faite ; car je n’avancerai pas beaucoup dans ma recherche, si je n’ai quelque indice.

Si quelqu’un sait qu’un étranger a commis ce meurtre, qu’il ne taise pas son nom, car je le récompenserai et lui serai par surcroît reconnaissant. J’ordonne que cet homme ne soit accueilli par aucun habitant de cette terre où je possède la puissance et le trône ; qu’il soit pour nous comme une souillure ; que le malheur consume sa vie ! Que je souffre moi-même les maux que mes imprécations appellent sur lui, si je le reçois volontairement dans mes demeures !

Maintenant, puisque je possède la puissance que Laïus, le roi mort, avait avant moi ; puisque j’ai épousé sa propre femme pour procréer d’elle, et que s’il avait eu des enfants, ceux-ci seraient devenus les miens ; puisque la destinée mauvaise s’est abattue sur la tête de ce roi, j’agirai pour lui comme s’il était mon père.

Oedipe part et la révélatrice est transformée en zapaterita, la zapaterita écoute quelqu’un frapper à la porte et va ouvrir, c’est l’enfant du village qui vient lui demander quelque chose.

SCÈNE II

Zapatera : Florine      Niño: Laureline

ZAPATERA: … ¿Quién es?

NIÑO: gente de paz.

ZAPATERA: ¿Eres tú?

NIÑO: Si Señora zapatera. ¿Está Usted llorando?

ZAPATERA: No, es nada, solo algo en mi ojo.

NIÑO: ¿Quiere que le sople el ojo?

ZAPATERA: No, ya pasó. ¿Qué quieres?

NIÑO: Vengo con estos zapatos de charol para que los arregle su marido. Son de mi hermana la grande y les costaron cinco duros.

ZAPATERA: Ponlos allí.

NIÑO: Mi madre manda a decir a su marido  de tener cuidado de no estropearlos con los martillazos, porque el charol es muy delicado

ZAPATERA: ¡Dile a tu madre que ya sabe mi marido lo que tiene que hacer!

NIÑO: ¡No se dispute conmigo! ¡Soy un buen niño y cada día estudio la gramática!

ZAPATERA: ¡Hijo mío! No es nada, toma este muñequito, ¿te gusta?

NIÑO: Lo acepto para complacerla, porque yo sé que no puede tener ningún hijo.

ZAPATERA: ¿Quién te dijo eso?

NIÑO: Mi madre se lo dijo a mis hermanas: “la zapatera no puede tener niños”, y se rieron de eso.

La zapatera a été interrompue par une connaissance du village et retourne ensuite à son travail de lecture. C’est une actrice dissipée …

SCÈNE III

REVELATRICE. Je n’ai point tué et je ne puis dire qui a tué. C’est à Phoebus qui a rendu cet oracle de dire qui a commis le crime. Je n’accablerai de douleur ni moi, ni toi. Ne m’interroges pas en vain, tu n’apprendras rien de moi.

ŒDIPE. Tu ne diras rien ? Certes, tu mettrais la fureur dans un cœur de pierre.

REVELATRICE. Tu ne peux reprocher la colère que j’excite, et tu ignores celle que tu dois exciter chez les autres. Les choses s’accompliront d’elles-mêmes, quoique je les taise.

ŒDIPE. Perdu dans une nuit éternelle, tu ne peux blesser ni moi, ni aucun de ceux qui voient la lumière.

REVELATRICE. Ta destinée n’est point de succomber par moi. Apollon y suffira. C’est lui que ce soin regarde. Connais-tu ceux dont tu es né ?

ŒDIPE. Qui sont-ils ?

REVELATRICE. Ce même jour te fera naître et te fera mourir

ŒDIPE. Arrête ! Qui parmi les mortels m’a engendré ? Toutes tes paroles sont obscures et incompréhensibles. Je te sais injurieux et malveillant pour moi. Si le divinateur ne s’était pas concerté avec toi, il ne m’accuserait pas d’avoir tué Laïus.

REVELATRICE. Songe à ceci, et tout homme sage penserait ainsi : j’aime mieux faire ce que font les rois qu’être roi. En effet, maintenant j’obtiens tout de toi sans crainte, et, si j’étais roi moi-même, je ferais un grand nombre de choses contre mon gré. Je ne suis pas insensé au point de désirer autre chose que les biens qui me profitent. Maintenant tous m’honorent, chacun m’embrasse. Ceux qui souhaitent quelque chose de toi me flattent, car l’accomplissement de leurs vœux est dans ma main. Pourquoi, je te prie, perdrais-je ces avantages pour régner ?

OEDIPE. Je veux que tu meures.

REVELATRICE. Je vois que tu es insensé.

OEDIPE. Tu ne prouveras jamais que je suis le tueur de Laïus.

REVELATRICE. Je n’ai nullement les désirs que tu me prêtes et je ne voudrais jamais les satisfaire avec l’aide d’un autre. Va demander à Pythô si je t’ai rapporté fidèlement l’oracle. Alors, si tu me convaincs de m’être concerté avec le divinateur, tue-moi, non par un seul suffrage, mais par deux, le mien et le tien. Mais ne m’accuse pas sans preuve, car il n’est pas juste de décider témérairement que les bons sont mauvais et que les mauvais sont bons.

Oedipe va au fond de la scène.

Lire : OEDIPE VILLAGE.docx